OKUDA SAN MIGUEL

‘THE MULTICOLORED EQUILIBRIUM BETWEEN ANIMALS AND HUMANS’
Centre del Carme. Sala Ferreres – Goerlich
Valencia 2020

La couleur de la transformation

À 40 ans, Okuda San Miguel se remémore son adolescence dans les usines désaffectées de Santander, où il a développé sa personnalité artistique entre les bombes de peinture et la musique rap. Le graffiti était pour lui un moyen de fuir les conventions. Une passion apprise dans la rue et développée dans ses études de Beaux-Arts qui ont fait de lui un artiste urbain. Aujourd’hui, il peint le monde « car celui-ci a besoin de couleur », affirme Okuda.

Kaos Temple, 2015

« Le monde a besoin de couleur »

Les figures géométriques et la couleur sont les signes distinctifs du surréalisme pop de cet Espagnol de Santander, qui s’est spécialisé, ces dernières années, dans les peintures murales en contexte urbain. « La couleur est le moyen le moins cher et le plus sincère de transformer un espace », dit l’artiste, après avoir mis en pratique ce concept sur des façades d’église ou de palais oubliés, sur des murs de grands bâtiments et de stations de métro en Espagne, au Maroc, aux États-Unis, en France, au Japon, etc. « Les territoires vierges et sans vie sont très particuliers à peindre en raison de la liberté et du sens de la vie. »

Château XIX dans la Vallée de la Loire, 2017

Universal Chapel, États-Unis, 2016

La couleur est un message positif

Kaos Star est sa figure la plus emblématique. Une rose des vents créée à partir de triangles colorés et de volumes géométriques. L’artiste reconnaît le pouvoir de la couleur car « on ne fait que changer l’image de quelque chose, mais ce quelque chose devient le symbole d’un lieu ». Son art urbain envoie un message positif à toutes les communautés du monde entier. « Changer la vie des gens en faisant une peinture murale, cela m’intéresse plus que l’argent », conclut Okuda.

The New Mona Lisa, París 2017

Entre ses grandes œuvres urbaines, il a le temps de collaborer avec des organismes de bienfaisance, notamment avec la Fondation Aladina et Formica pour égayer les couleurs de l’unité des adolescents de l’hôpital Gregorio Marañón de Madrid.

Comme le dit Okuda, la couleur, son œuvre, le rend heureux.

Hôpital Gregorio Marañon de Madrid

Visite Virtuelle: OKUDA SAN MIGUEL ‘THE MULTICOLORED EQUILIBRIUM BETWEEN ANIMALS AND HUMANS’

Centre del Carme. Sala Ferreres – Goerlich (Valencia)

Imagenes:

  • www.okudasanmiguel.com
  • www.consorcimuseus.gva.es/centro-del-carmen/exposicion/okuda-san-miguel-the-multicolored-equilibrium-between-animals-and-humans

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *